Préservation et gestion de sites naturels

la groutte

Plusieurs communes du département font confiance à Nature 18 pour gérer leurs sites naturels, dans le respect de la biodiversité.

Le Val d’Auron, à Bourges, classé ENS et APPB

Le Val d’Auron est situé au sud de Bourges, à cheval sur les communes de Bourges et Plaimpied-Givaudins. Il est la propriété des deux communes.
Il s’agit d’une zone humide sur socle calcaire, composée de divers habitats qui lui confèrent une grande richesse spécifique.

Le site a été classé en Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope (APPB) en 2004.
Le premier plan de gestion pour la période 2005-2009 a été rédigé par l’ONCFS, mais sa mise en œuvre n’a débuté qu’en 2008 (par Nature 18, l’association de pêche le Martin-pêcheur et la fédération pour la pêche et pour la protection du milieu aquatique du Cher). Des actions de mise en valeur du site, notamment des panneaux d’information et un ponton d’observation installés par Nature 18 et de multiples actions de sensibilisation ont été menées de 2010 à 2012.

Fin 2012, le site du Val d’Auron a été choisi pour être classé Espace Naturel Sensible (ENS) par le Conseil départemental du Cher.


Logo_ENS

Il présente notamment une flore protégée et rare en région Centre-Val de Loire (Orchis des marais Orchis palustris, Marisque Cladium mariscus), mais celle-ci est menacée par le développement d’une végétation arbustive et arborescente.
Pour connaître nos prochaines sorties à la découverte du Val d’Auron, n’hésitez pas à aller consulter le calendrier de nos prochaines animations.

Nature 18 a été chargée de la rédaction du nouveau plan de gestion pour la période 2015-2024.
Des objectifs à long terme sont définis dans ce plan de gestion.
L’objectif prioritaire est la conservation des habitats naturels afin de garantir leur potentiel d’accueil pour les espèces végétales et animales patrimoniales.

Plusieurs autres objectifs sont identifiés :
• Conserver les écosystèmes en préservant la qualité des habitats et les espèces associées ;
• Améliorer les connaissances sur les habitats et les espèces par des inventaires ;
• Continuer à valoriser, de façon raisonnée, le potentiel pédagogique et touristique du site ;
• Assurer le suivi et évaluer les opérations de gestion.

Le coteau de Coillards, à Saint-Georges-sur-Moulon, classé ENS et ZNIEFF

Le coteau de Coillards se situe sur la commune de Saint-Georges-sur-Moulon, à l’ouest de la RD 940.
Propriété de la commune, cet espace naturel d’une superficie d’environ 11 hectares est composé d’une pelouse calcaire, d’un étang, d’une mare et d’une rivière.

Au coteau de Coillards, la pelouse sèche est reconnue pour la richesse de sa biodiversité. A ce titre, elle a été classée en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type 1, sous l’appellation « Pelouses des Coillards ».

 

L’ensemble du site (pelouse sèche, étang, mare et rivière) a été officiellement classé Espace Naturel Sensible (ENS) par le Conseil départemental du Cher lors de la signature du contrat départemental, le 4 mai 2012.


Logo_ENS

Orchis brûlée

l’Orchis brûlée


D’une grande richesse patrimoniale, les pelouses sèches comme le coteau de Coillards sont des milieux possédant une flore originale et rare, souvent composée d’un cortège d’orchidées remarquables. Ce sont des milieux « semi-naturels », souvent issus d’une déforestation qui permettait de mettre en place des pratiques agricoles extensives. En Berry, elles étaient souvent utilisées pour le pâturage ovin.
Le coteau de Coillard accueille 6 espèces végétales protégées au niveau régional et 5 espèces déterminantes ZNIEFF, comme l’Orchis brûlée ou l’Ophrys bourdon.
En tout, 11 espèces d’orchidées ont pu être observées sur le site depuis 2009.
Les orchidées sont les espèces phares pour la sensibilisation du grand public à la préservation du site. Nature 18 organise régulièrement des sorties en mai-juin sur le coteau de Coillard à la découverte de cette flore exceptionnelle.

Pour connaître nos prochaines sorties à la découverte des orchidées, n’hésitez pas à aller consulter le calendrier de nos prochaines animations.

Le site bénéficie d’un plan de gestion, pour la période 2015-2024, dans le plus grand respect de sa biodiversité.

Grâce à la volonté de la mairie, un partenariat est né en 2008 entre Nature 18 et la mairie pour préserver le coteau de Coillards, notamment la pelouse sèche. Notre association intervient en faisant des inventaires, des travaux d’entretien et des animations de sensibilisation.

Le camp de César, à La Groutte, classé Natura 2000

Le « Camp de César » est une pelouse calcicole, d’une surface environ de 1 hectare. On peut y observer la présence d’orchidées et d’autres végétaux remarquables et typiques. Cependant, cette pelouse est en cours d’évolution vers la fruticée (colonisation par les prunelliers et cornouillers). Le milieu se referme, au risque d’empêcher la pousse des espèces floristiques remarquables, car il n’est plus entretenu par les élevages caprins et ovins.

Pour accentuer la protection du site, d’abord consensuelle mais informelle entre Nature 18 et la Mairie, un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope est signé par le préfet du Cher en 1997. Cette mesure légale a officialisé la protection de l’espace naturel et révélé la richesse et la particularité floristique du site.

Pour justifier l’APPB sur ce site, mise en place à la demande de la mairie, les services de la Préfecture se sont appuyés sur les inventaires de Nature 18, principalement sur la présence d’espèces protégées en région Centre mais également sur la présence d’espèces patrimoniales non protégées. La liste de ces végétaux remarquables et patrimoniaux a été effectuée par Philippe Maubert, botaniste spécialiste des pelouses calcicoles en région Centre-Val de Loire et phytosociologue reconnu.

Plus tard, L’APPB a facilité l’intégration de cet espace dans le périmètre du site Natura 2000 N° FR 2400520 « Coteaux, bois et marais calcaires de la Champagne Berrichonne ».

Le camp de César retient l’intérêt des naturalistes locaux depuis plusieurs décennies par sa flore spécifique de pelouse calcicole en plein Boischaut. Éloigné des autres zones géographiques hébergeant ce type de milieu, surtout concentrées en Champagne berrichonne et dans le Pays Fort Sancerrois, cette pelouse a été considérée comme espace refuge d’un habitat peu commun.

• Poursuivre l’encadrement et la sensibilisation d’un organisme d’insertion professionnelle réalisant l’entretien du « Camp de César » ;
• Poursuivre le suivi naturaliste de l’évolution des populations présentes sur le site ;
• Organiser une sortie de sensibilisation du grand public par la découverte de ce milieu naturel remarquable afin d’augmenter leur implication dans la préservation des sites naturels.

Depuis 2006, la possibilité de mettre en œuvre des contrats Natura 2000 a permis de gérer la prairie avec des moyens professionnels, mais également d’insertion professionnelle. L’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) de Saint-Amand intervient par équipe de cinq personnes pour la fauche de la prairie en hiver.

En parallèle, chaque été, depuis 2006 également, des jeunes s’impliquent dans une action de gestion sur cet espace naturel lors d’un camp chantier de jeunes bénévoles. Lors de cette action, le défrichement par l’élimination des épineux et des jeunes arbres est prioritaire. C’est un complément de la fauche hivernale qui facilite le travail des personnes de l’ESAT en dégageant le terrain herbeux.

by Lucie