L’inventaire des plantes messicoles

Action terminée en 2015

Contexte

De 2012 à 2015, Nature 18 a participé au Plan National d’Actions (PNA) en faveur des plantes messicoles en inventoriant les parcelles de grandes cultures de toute la Champagne berrichonne du Cher.

La flore messicole, du latin messi (moisson) et cole (habiter), désigne les plantes strictement liées aux cultures de céréales.
Les messicoles n’existent que dans le cadre d’un milieu perturbé, avec peu de concurrence. En Europe, elles ne sont donc présentes que dans les milieux cultivés où les labours détruisent régulièrement la végétation présente. Elles sont absentes du milieu naturel au sens strict.

La majorité de ces plantes sont calcicoles. Elles préfèrent les sols pauvres et de fait se rencontrent peu dans les parcelles régulièrement amendées.

Leur cycle biologique est comparable à celui des céréales hivernales : la germination se fait en automne, ou en hiver, la floraison en mai/juin pour la plupart et la montée en graines durant les mois d’été. Certaines messicoles ne survivent que liées strictement à une espèce cultivée définie (épeautre, lin,…).

Les messicoles ont subi une régression très forte depuis les années 70, victimes de l’intensification agricole mécanique et surtout chimique. En moyenne, les espèces messicoles ont disparu d’au moins la moitié des départements où elles avaient été anciennement signalées.

Objectifs

Cette campagne d’inventaire a pour but de connaitre le patrimoine messicole encore présent dans notre département afin de mettre en place, avec la profession agricole, des mesures de conservation de cette flore mal aimée et en grand danger.

Résultats

Au terme de ces quatre années d’étude, 29 espèces de messicoles ont été observées sur les 60 espèces connues historiquement pour le département, pour plus de 8000 données récoltées.

Les espèces les plus communes  restent comme toujours le Grand coquelicot (Papaver rhoeas) et la Pensée des champs (Viola arvensis) présentes sur toutes les communes inventoriées.
Parmi les raretés, on peut citer le Coquelicot argemone (Papaver argemone), la Dauphinelle consoude (Delphinium consolida) ou encore la Calépine de Corvians (Calepina irregularis).

by Lucie